De l’Ecole des Roches … à l’AS St Etienne

La Maison du Vallon à l’Ecole des Roches à Verneuil sur Avre (Eure 27)
Pierre Guichard créateur de l’AS St Etienne au Vallon de 1918 – 1923

Pierre Guichard est né le 8 janvier 1906 à St Etienne dans le département de la Loire (42). A la rentrée 1918, A l’âge de 12 ans il devient élève dans la Maison du Vallon à l’Ecole des Roches à Verneuil sur avre, en Normandie . Enfant plein de « vie » son père Geoffroy Guichard choisit cette Ecole pour son enseignement qui réserve au sport tous ses après midi sur le modèle des public School anglaises. En effet le jeune Pierre, 6 eme enfant sur 7 de la fratrie redouble d’énergie. Le programme sportif de l’Ecole des Roches semblait pouvoir au mieux mettre en valeur de probables aptitudes sportives, ou au pire stabiliser son énergie débordante. Il y découvre l’enseignement sportifs « Rocheux » (nom donné aux élèves et anciens élèves de l’Ecole) qui s’appuie alors sur le criquet, le basket ball, la natation, le tennis, l’équitation, l’escrime, la boxe, l’athlétisme et le foot ball. Pierre Guichard découvre ainsi le sport et sa pratique quotidienne pendant 5 ans jusqu’en 1923, date de sa sortie de l’Ecole des Roches. L’Ecole des Roches par son modèle unique en France a participé sans aucun doute à la naissance de cette passion chez cet adolescent stéphanois qui ne le quittera plus. (Cercle 1)


Pierre Guichard, numéro 20 (voir coin gauche bas) est élève à l’Ecole des Roches dans la Maison du Vallon depuis 2ans en septembre 1920.
FAMILLE Geoffroy GUICHARD Maison familiale « du bout du monde » à Feurs (42).
Photo Copyright de la ville de ST Etienne.

L’Athlétisme et le Foot-Ball seront ses deux disciplines sportives de prédilection, puisque pour la première il obtiendra une seconde place au championnat de France scolaire national et pour la seconde il fera bâtir en 1931 le célèbre stade Geoffroy Guichard à St Etienne puis créera en 1933 l’AS St Etienne, le fameux Club de Foot-Ball qui évoluera en 1ère division en prenant le nom endémique « des verts ».

A son retour en 1923 à St Etienne, il apprend « le métier  » de simple vendeur dans le premier magasin succursale de la société Casino que son père Geoffroy Guichard a crée en 1898. Fort de son expérience « Rocheuse », il s’implique dans la section sportive de la société Casino crée en 1919 au sein de l’’Amicale des employés qui existait depuis 1912. Sous le regard bienveillant de son père, Pierre Guichard accepte le poste de président de la section sportive qui lui est proposé par les cadres de l’’entreprise en 1927. Avec la volonté de donner une dimension plus importante à la section sportive, il édite un journal « Nos Sports » qui commente tous les résultats des différentes équipes qu’’il encadre (Athlétisme, football puis basket). Son ambition pour la section sportive l’’incite à agrandir ses installations sportives qui mèneront à la construction puis à l’inauguration du stade Geoffroy Guichard le 13 septembre 1931.

Stade Geoffroy Guichard construit à l’initiative de Pierre Guichard

Dans son discours d’inauguration, Pierre Guichard dévoile l’ambition du nouveau club: « fera tout pour que Saint-Etienne puisse dans le monde sportif s’affirmer et se montrer digne de la renommée qu’’elle s’’est créée dans d’autres branches d’’activité ». Le Football devient le fer de lance de la section qui devient en 1933 l’’Association Sportive de Saint-Etienne engagée dans le championnat de France de 2e division. Pierre Guichard vise la première division pour son club de football. Elle est gagnée en 1938 après cinq saisons de championnat. La Seconde guerre mondiale et le gouvernement de Vichy suppriment purement et simplement le professionnalisme au sein des clubs. En total désaccord avec cette nouvelle orientation, qui détruit quinze années d’’efforts, Pierre Guichard démissionne de la présidence du club en 1943 pour se consacrer à son entreprise dans laquelle il est amené à prendre de responsabilités importantes suite au décès de son père en 1940.

10 ans se passent, Pierre GUICHARD à la demande du Maire de la ville de St Etienne accepte de reprendre les commandes du club dont les caisses sont vides. Aidé financièrement par la ville, il réorganise, nomme les cadres du Club et laisse la Présidence en 1952 avant d’être rappelé en 1959 pour faire élire Roger Rocher en 1961 à sa place et devenir définitivement Président d’honneur du club.

Pierre Guichard 1906-1988
Vallon 1918-1923

La France sera marquée définitivement par les exploits et la ferveur Nationale que suscitera l’AS ST Etienne dans les années 70, surnommée « les verts » et encouragés par l’ emblématique « allez les verts ». (Palmarès en Football ASSE depuis sa création)

Laisser un commentaire

 

Il était une fois …. Domusbook


Les, la, notre Maison.

Le terme DOMUS est très ancien. Il remonte à une étymologie indo-européenne (*dom-) qui désignait la famille sur deux générations, et tire son origine de la racine –dem-, construire.

La Domus est donc la maison familiale romaine, dont le chef de famille porte le nom de Dominus.

Le Domusbook est un programme d’organisation en réseau de nos maisons leur permettant de devenir communicantes au gré de nos envies. Ainsi la mémoire familiale sera préservée en son sein, complétée et mise à jour dès que chacun des membres du réseau Domusbook en aura l’envie, la nécessité impérieuse face au temps qui passe….. Comme l’écrit Guy Kemlin (Nais 1922-2016 – Vallon 1930-1937- X 39 – chevalier de la Légion d’honneur- croix de guerre 1939-1945 – médaille des évadés,) en préambule de ses « souvenirs de 1939-1945 »: A nos enfants, à leurs enfants et ainsi de suite…. »

Lire la suite »

L’Ecole des Roches de 1899-au début des années 1970

 

« L’Ecole des Roches cent ans d’histoire, images et paroles d’hier, d’aujourd’hui et de demain. » édition 2001



 

Cet ouvrage édité à un nombre d’exemplaires confidentiel donne un condensé de l’aventure des « Roches » pour ses créateurs , ses professeurs et ses élèves . Peu connue du grand public dans la réalité de son histoire et du caractère exceptionnel de son mode de fonctionnement, cet ouvrage édité en 2001 pour le centenaire de l’Ecole des Roches en 1999 en est le témoignage synthétique. L’existence de ce document historique est née de l’initiative du président des anciens élèves de l’époque, décédé cette année (2019) , Domique Remont, dont les maisons, la Guiche et les Sablons ont été les siennes durant les 10 ans passés à l’Ecole des Roches à Verneuil sur Avre dans le département de l’Eure en Normandie .

C’est ce même Dominique Remont qui a fait planté en juin 1999, lors de la fête annuelle de L’Ecole des Roches, un chêne face au bâtiment des classes, le « BAT » pour les actuels et anciens élèves, construit en 1961. Ce chêne de petite taille a échappé à la « fameuse » tempête du 25 décembre 1999 qui a fait tomber tous les pins centenaires plantés à la création de l’Ecole dans cette allée qui déservait la maison portant leur nom: La maison des Pins. Ce chêne en 2019, vingt ans après et au moment du décès de celui à l’initiative de sa mise en terre, a fière allure et devrait pouvoir  fêter le prochain centenaire de l’Ecole des Roches en 2099. C’est en tout cas sa mission pour faire le lien entre les anciens et les futurs élèves de l’Ecole des Roches. Comme l’avait voulu Dominique Remont. 

 

 

Pour consulter le livre du centenaire cliquez ici

 

 

 

Emmanuelle Lemetais le trait d’union en couleur entre maison et histoire.

Commande privée réalisée par Emmanuelle Lemetais artiste peintre spécialisé architecture . Paris 15 eme

En physique, l’espace-temps est une représentation mathématique de l’espace et du temps comme deux notions inséparables et s’influençant l‘une l‘autre. Ce sont les deux éléments constitutifs de cet attachement que tout un chacun nous avons pour les lieux qui nous sont familiers ou qui nous ont été familiers. Il en va de nos maisons d’enfance, uniques ou multiples et celles qui suivront ….  . Quoi de plus liant que la maison qui nous a vu nous élancer pour enfin accéder au monde « de ceux qui marchent debout  » ?; celles qui nous ont accompagnés dans nos jeunes années ou qui nous accompagnent encore sans que nous en ayons pour l’instant conscience ?. Ce lien est universel et se déclare clairement à tout âge . Certains mesurent cet attachement presque immédiatement et d’autres bien plus tard, … mais il n’est jamais trop tard pour se rappeler …

Lire la suite »

Les membres fondateurs de l’Ecole des Roches ( Verneuil sur Avre /Eure/Normandie)

Vue cavalière de l’Ecole des Roches

« Je crois devoir faire connaître les noms des premiers souscripteurs qui ont bien voulu se joindre à moi pour constituer la capital initial de la société et qui méritent le titre « de fondateurs de l’Ecole ». Ce sont : «Messieurs : Le Vicomte Eugène Vaillant de Glatigny, Alfred Firmin-Didot, Le Vicomte Ch. de Calan, Paul Lebaudy, Pierre Lebaudy, Jules Sigfried, Marc Maurel, Edouard H.Krafft, Olivier Benoist, Olivier Senn, Georges Pierre Raverat, Edmond Marey, P. Lebouteux » E. Demolins tiré de L’Education Nouvelle paru en Novembre 1898 Imprimé et édité  par Firmin Didot et Compagnie Paris 

Lire la suite »

Sacré Coeur de Gentilly lié à la Cité Universitaire Internationale de Paris


Sacré Coeur de Gentilly (92) édification en 1936 , séparé de la cité universitaire par le périphérique de paris construit en 1960.
vue du Bld périphérique extérieur de Paris

L’église du Sacré-Cœur de Gentilly est située en bordure du boulevard périphérique entre la porte d’Orléans et d’Italie, bien qu’il y’ait une sortie Gentilly. Son clocher avec ses anges aux ailes déployées interpellent quand l’on emprunte le boulevard périphérique sud de Paris. Son histoire est liée à la création de la Cité Universitaire de Paris qui voit le jour en 1920 et se concrétise avec la Fondation Emile et Louise Deutsch de la Meurthe qui finance les premières maisons pour accueillir les futurs étudiants en 1925.

Lire la suite »

Le 56 rue Jacob Paris 6 eme arrondissement: du 24 , en passant par l’Hôtel d’York, pour finir en 56…..

L’Hôtel d’York à partir de 1779, le 24 rue Jacob dès le 18 eme siècle et le 56 depuis.

Cet immeuble du 56 rue Jacob qui fut le siège de la société d’édition Firmin-Didot dès 1810 a été concomitamment le siège de la Science Sociale, revue crée en 1885 par Edmond Demolins avant de créer en 1899 à Verneuil sur Avre, sur la commune de Pullay en Normandie, l’Ecole des Roches . Le lien réel entre les deux éditeurs se matérialisant par cette domiciliation de l’un chez l’autre mais également dans la présence de Alfred Firmin-Didot dans le groupe de la petite dizaine de membres fondateurs de la société créatrice de l’Ecole des Roches. Son château dans l’Eure et la présence de l’imprimerie Firmin-Didot dans le département n’étant qu’un élément supplémentaire.

Puis devenu le 56 après avoir été le 24 mais aussi à partir de 1779 , l’Hôtel d’York. C’est à cette adresse que fut précisément signé le traité d’indépendance des Etats unis le 5 septembre 1783 entre Benjamin Franklin, John Jay, John Adams représentants de la fédérations et David Hartley, parlementaire anglais et représentant du Roi d’Angleterre Georges III. David Hartley résidait précisément dans cet Hôtel d’York pour mener à bien sa mission en ce mois de septembre 1783. Franklin Roosevelt refusant de signer sur le sol Anglais le traité dit « de Paris » que matérialisait juridiquement le 44 rue Jacob, adresse de l’ambassade d’Angleterre à cette époque, le rendez-vous historique de signature eut lieu au 56. Ce qui fait de cet immeuble, du 56 rue Jacob du 6 eme arrondissement de Paris, le point de départ de l’histoire de l’indépendance des Etats Unis d’Amérique. Pour en savoir plus sur l’historique de l’immeuble cliquez ici

Lire la suite »

février 2019
L M M J V S D
    Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728