ER communauté d’origine

Le 57 AV des Frères Lumière Lyon 8 eme: Des Lumière à Paul Bocuse en passant par David Hosansky.

57 de l’Avenue des Frères Lumières à Lyon 8 eme

Au 57 de l’Avenue des Frères Lumières à Lyon, anciennement rue Royale puis rue du Montplaisir, un hôtel particulier art nouveau construit par l’architecte Tony Blein sur commande de Antoine Lumière pour ses enfants. Ses deux fils Louis et Auguste, les deux inventeurs du cinéma (projection publique) sous l’égide de leur père, ont tout deux habité avec leurs épouses respectives qui étaient également deux soeurs, Marguerite et Rose Winkler. Puis ce fut la cadette des enfants Lumière France et son mari, un autre Winkler, Charles, qui furent les hôtes de l’Hôtel particulier. Cette demeure sur deux étages est sur le modèle du somptueux château édifié pour et par Antoine Lumière non loin de là .

Lire la suite »

La Maison de la Prairie de l’Ecole des Roches

Prairie Automne 2018

La Maison de la Prairie  a été édifiée en 1925 par l’architecte Henri JACQUELIN sur la décision de Gaston Breton « grand argentier « de l’Ecole des Roches » au sein  de son conseil d’administration.

Lire la suite »

Maisons du Coteau et des Sablons: Gémellité et histoire commune.

Le Coteau/Les Sablons – Ecole des Roches – 11 novembre 1984 – Photo S. Adam-


L’ensemble Coteau /Sablons a été construit en 1902 par L’architecte M. Rabier. Il semble que cela soit l’architecte parisien Michel Rabier à qui on attribue aussi  le 87, Boulevard de la Villette, édifié en 1900 et détruit aujourd’hui.  L’ensemble a été traité avec les canons de l’architecture italienne.  Cet immeuble jumeau  de l’Ecole des Roches divisé en deux Maisons, le Coteau à gauche et les Sablons à droite , accueille ses tous premiers élèves à la rentrée d’octobre 1902. Une spécificité de l’Ecole des Roches… elle est constituée de Maisons, en plus des bâtiments « collectifs ».. 

Lire la suite »

Le Château de Kerbastic en Bretagne, à Guidel dans le Morbihan

Chateau de Kerbastic Guidel Morbihan Bretagne

Découvrir la lettre émouvante d’un jeune garçon à sa grand mère, d’autant plus que la lettre a 100 ans, nous rappelle l’importance des liens inter-générationnels. D’une simple missive, notre curiosité nous a amenés non sans mal et à notre grand étonnement au Château de Kerbastic en plein Morbihan.

Lire la suite »

Un samedi de janvier 1908, la Maison des Pins de l’Ecole des Roches ….

Les PINS, Maison à L’Ecole des Roches. Photo de 1933.

Cet article est dédié à la mémoire de Fouad HABIS, de nationalité Libanaise né en 1963 et hôte de la Maison des Pins de 1976 à 1981. Décédé en mai dernier, il souhaitait être enterré à l’Ecole des Roches. Un attachement à cette Maison en particulier qui s’apparente à celui de tout « Rocheux » pour sa ou ses Maisons. L’oubli est impossible …. La législation ne permettant pas cette inhumation dans l’Ecole, un arbre a été planté devant la Maison des Pins en sa mémoire par la fille du défunt venue spécialement du Liban, en présence du directeur de l’Ecole, des chefs de Maison et des capitaines de la Maison des Pins.

La Maison des Pins qui fut la première des nouvelles Maisons de L’Ecole des Roches à Verneuil sur Avre en Normandie dans l’Eure , fut construite en 1900. Un incendie ravagea entierement le 28 janvier 1903 cette première version qui fut reconstruite à l’identique pour la rentrée de 1903.

Depuis 1900 des générations entières de « Rocheux » se sont succédées, parmi lesquelles certains d’entre eux, ont été les hôtes de la Maison des Pins.

Lire la suite »

Le Vallon, Les Pins, Les Sablons… les Maisons de l’Ecole des Roches dessinées au début du 20 eme siècle par le professeur de dessin Monsieur Dupiré.

La route reliant la Maison de la Guichardière au centre de l’Ecole des Roches . A partir des années 1970 et jusqu’au début des années 1990 cela sera le chemin quotidien et exclusif des filles à l’Ecole des Roches .

Ces dessins qui ont servi à éditer confidentiellement ces cartes postales sont signés « Dupiré ». Ce nom est celui du premier professeur de dessin exerçant au tout début de la création de l’Ecole des Roches et engagé directement sur le bord de la nationale, face au parc de plusieurs dizaines d’hectares de l’Ecole , par Edmond Demolins lui même , le créateur des « Roches ». Sa rencontre « ouverte, singulière et cordiale » comme l’était son créateur et à l’image de l' »essence » de l’Ecole, est retranscrite page 82 du  livre du centenaire ( Pour voir cliquer ici ) .  M. Dupiré est resté 40 ans à l’Ecole des Roches . Ces cartes reproduisant ces dessins semblent dater  d’avant 1914  au regard de la petite taille des arbres devant la maison des Pins et l’absence du chemin et de la Maison de la Colline construite dans les années 1920.

 

Lire la suite »

L’Ecole des Roches de 1899-au début des années 1970

 

« L’Ecole des Roches cent ans d’histoire, images et paroles d’hier, d’aujourd’hui et de demain. » édition 2001



 

Cet ouvrage édité à un nombre d’exemplaires confidentiel donne un condensé de l’aventure des « Roches » pour ses créateurs , ses professeurs et ses élèves . Peu connue du grand public dans la réalité de son histoire et du caractère exceptionnel de son mode de fonctionnement, cet ouvrage édité en 2001 pour le centenaire de l’Ecole des Roches en 1999 en est le témoignage synthétique. L’existence de ce document historique est née de l’initiative du président des anciens élèves de l’époque, décédé cette année (2019) , Domique Remont, dont les maisons, la Guiche et les Sablons ont été les siennes durant les 10 ans passés à l’Ecole des Roches à Verneuil sur Avre dans le département de l’Eure en Normandie .

C’est ce même Dominique Remont qui a fait planté en juin 1999, lors de la fête annuelle de L’Ecole des Roches, un chêne face au bâtiment des classes, le « BAT » pour les actuels et anciens élèves, construit en 1961. Ce chêne de petite taille a échappé à la « fameuse » tempête du 25 décembre 1999 qui a fait tomber tous les pins centenaires plantés à la création de l’Ecole dans cette allée qui déservait la maison portant leur nom: La maison des Pins. Ce chêne en 2019, vingt ans après et au moment du décès de celui à l’initiative de sa mise en terre, a fière allure et devrait pouvoir  fêter le prochain centenaire de l’Ecole des Roches en 2099. C’est en tout cas sa mission pour faire le lien entre les anciens et les futurs élèves de l’Ecole des Roches. Comme l’avait voulu Dominique Remont. 

 

 

Pour consulter le livre du centenaire cliquez ici

 

 

 

Sacré Coeur de Gentilly lié à la Cité Universitaire Internationale de Paris


Sacré Coeur de Gentilly (92) édification en 1936 , séparé de la cité universitaire par le périphérique de paris construit en 1960.
vue du Bld périphérique extérieur de Paris

L’église du Sacré-Cœur de Gentilly est située en bordure du boulevard périphérique entre la porte d’Orléans et d’Italie, bien qu’il y’ait une sortie Gentilly. Son clocher avec ses anges aux ailes déployées interpellent quand l’on emprunte le boulevard périphérique sud de Paris. Son histoire est liée à la création de la Cité Universitaire de Paris qui voit le jour en 1920 et se concrétise avec la Fondation Emile et Louise Deutsch de la Meurthe qui finance les premières maisons pour accueillir les futurs étudiants en 1925.

Lire la suite »

Le 56 rue Jacob Paris 6 eme arrondissement: du 24 , en passant par l’Hôtel d’York, pour finir en 56…..

L’Hôtel d’York à partir de 1779, le 24 rue Jacob dès le 18 eme siècle et le 56 depuis.

Cet immeuble du 56 rue Jacob qui fut le siège de la société d’édition Firmin-Didot dès 1810 a été concomitamment le siège de la Science Sociale, revue crée en 1885 par Edmond Demolins avant de créer en 1899 à Verneuil sur Avre, sur la commune de Pullay en Normandie, l’Ecole des Roches . Le lien réel entre les deux éditeurs se matérialisant par cette domiciliation de l’un chez l’autre mais également dans la présence de Alfred Firmin-Didot dans le groupe de la petite dizaine de membres fondateurs de la société créatrice de l’Ecole des Roches. Son château dans l’Eure et la présence de l’imprimerie Firmin-Didot dans le département n’étant qu’un élément supplémentaire.

Puis devenu le 56 après avoir été le 24 mais aussi à partir de 1779 , l’Hôtel d’York. C’est à cette adresse que fut précisément signé le traité d’indépendance des Etats unis le 5 septembre 1783 entre Benjamin Franklin, John Jay, John Adams représentants de la fédérations et David Hartley, parlementaire anglais et représentant du Roi d’Angleterre Georges III. David Hartley résidait précisément dans cet Hôtel d’York pour mener à bien sa mission en ce mois de septembre 1783. Franklin Roosevelt refusant de signer sur le sol Anglais le traité dit « de Paris » que matérialisait juridiquement le 44 rue Jacob, adresse de l’ambassade d’Angleterre à cette époque, le rendez-vous historique de signature eut lieu au 56. Ce qui fait de cet immeuble, du 56 rue Jacob du 6 eme arrondissement de Paris, le point de départ de l’histoire de l’indépendance des Etats Unis d’Amérique. Pour en savoir plus sur l’historique de l’immeuble cliquez ici

Lire la suite »

La Guichardière point de départ de la « start up » Ecole des Roches en 1899

La Guichardière – Maison des Demolins dès 1891- Ecole des Roches –

Il existe peu de témoignages sur l’hôte de cette maison qui deviendra le lieu de réflexion et de départ d’une aventure qui commencera dès la dernière année du 19 eme siècle pour continuer tout au long du 20 eme siècle et se confirmer en cette fin de deuxième décennie du 21 eme siècle .

Lire la suite »

février 2020
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829