Sacré Coeur de Gentilly lié à la Cité Universitaire Internationale de Paris


Sacré Coeur de Gentilly (92) édification en 1936 , séparé de la cité universitaire par le périphérique de paris construit en 1960.
vue du Bld périphérique extérieur de Paris

L’église du Sacré-Cœur de Gentilly est située en bordure du boulevard périphérique entre la porte d’Orléans et d’Italie, bien qu’il y’ait une sortie Gentilly. Son clocher avec ses anges aux ailes déployées interpellent quand l’on emprunte le boulevard périphérique sud de Paris. Son histoire est liée à la création de la Cité Universitaire de Paris qui voit le jour en 1920 et se concrétise avec la Fondation Emile et Louise Deutsch de la Meurthe qui finance les premières maisons pour accueillir les futurs étudiants en 1925.

Les travaux débutent en mai 1923. L’architecte, Lucien Bechmann, a adopté un style régionaliste pittoresque inspiré de collèges anglais comme Oxford. Les bâtiments ont été inaugurés au printemps 1925. Incroyablement beaux en 1998, les toitures des pavillons, les jardins, les terrasses dallées, ainsi que le vestibule et le grand salon du pavillon central ont été inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

L’abbé Picard de La Vacquerie (1893-1969), aumônier du Foyer international des étudiants catholiques, et futur évêque d’Orléans (1951) , bien que tout lieu de culte était proscrit sur le campus de la cité universitaire par la volonté des Fondateurs de conserver un caractère laic indispensable au caractère international, conçoit le projet de faire édifier une église. Un terrain privé qui se trouve aujourd’hui en face de la cité universitaire séparé par le périphérique est choisi.

La première maison de la Cité internationale
financée par La Fondation Deutsch de la Meurthe. Émile Deutsch de la Meurthe a financé avec son épouse, Louise, la construction des sept pavillons de la Fondation.
Domusbook info: immeuble privatisable pour reception

La construction de l’église sera financée par Pierre Lebaudy, un des administrateurs de la société sucrière Lebaudy et industriel dans l’Aéronautique avec son frère Paul. Le projet de construction de l’église sera brusquement interrompu par la mort accidentelle de Pierre Lebaudy en 1929. Sa fenme Marguerite née Luzarche d’Azay poursuit l’œuvre de son mari. Les premiers plans furent dressés en 1931 par Pierre Paquet (1875-1959), architecte indépendant mais aussi architecte des monuments historiques, aidé de son fils, Jean-Pierre Paquet (1907-1975), devenu inspecteur général des monuments de France. La construction débutera en 1933 et les travaux dureront 3 ans. L’église verra sa consécration en 1936 et sera inaugurée par le Cardinal Verdier le 20 novembre 1936.

Séparée de la Cité Universitaire en 1960 par la construction du boulevard périphérique, délaissée par les étudiants catholique avec et après les évènements étudiants de 1968, elle est confiée à la communauté portugaise de Paris depuis 1979. L’édifice a été inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques le 6 septembre 2000.

Laisser un commentaire

 

La Maison de la Prairie de l’Ecole des Roches

Prairie Automne 2018

La Maison de la Prairie  a été édifiée en 1925 par l’architecte Henri JACQUELIN sur la décision de Gaston Breton « grand argentier « de l’Ecole des Roches » au sein  de son conseil d’administration.

Lire la suite »

Maisons du Coteau et des Sablons: Gémellité et histoire commune.

Le Coteau/Les Sablons – Ecole des Roches – 11 novembre 1984 – Photo S. Adam-


L’ensemble Coteau /Sablons a été construit en 1902 par L’architecte M. Rabier. Il semble que cela soit l’architecte parisien Michel Rabier à qui on attribue aussi  le 87, Boulevard de la Villette, édifié en 1900 et détruit aujourd’hui.  L’ensemble a été traité avec les canons de l’architecture italienne.  Cet immeuble jumeau  de l’Ecole des Roches divisé en deux Maisons, le Coteau à gauche et les Sablons à droite , accueille ses tous premiers élèves à la rentrée d’octobre 1902. Une spécificité de l’Ecole des Roches… elle est constituée de Maisons, en plus des bâtiments « collectifs ».. 

Lire la suite »

Il était une fois …. Domusbook


Les, la, notre Maison.

Le terme DOMUS est très ancien. Il remonte à une étymologie indo-européenne (*dom-) qui désignait la famille sur deux générations, et tire son origine de la racine –dem-, construire.

La Domus est donc la maison familiale romaine, dont le chef de famille porte le nom de Dominus.

Le Domusbook est un programme d’organisation en réseau de nos maisons leur permettant de devenir communicantes au gré de nos envies. Ainsi la mémoire familiale sera préservée en son sein, complétée et mise à jour dès que chacun des membres du réseau Domusbook en aura l’envie, la nécessité impérieuse face au temps qui passe….. Comme l’écrit Guy Kemlin (Nais 1922-2016 – Vallon 1930-1937- X 39 – chevalier de la Légion d’honneur- croix de guerre 1939-1945 – médaille des évadés,) en préambule de ses « souvenirs de 1939-1945 »: A nos enfants, à leurs enfants et ainsi de suite…. »

Lire la suite »

Le 57 AV des Frères Lumière Lyon 8 eme: Des Lumière à Paul Bocuse en passant par David Hosansky.

57 de l’Avenue des Frères Lumières à Lyon 8 eme

Au 57 de l’Avenue des Frères Lumières à Lyon, anciennement rue Royale puis rue du Montplaisir, un hôtel particulier art nouveau construit par l’architecte Tony Blein sur commande de Antoine Lumière pour ses enfants. Ses deux fils Louis et Auguste, les deux inventeurs du cinéma (projection publique) sous l’égide de leur père, ont tout deux habité avec leurs épouses respectives qui étaient également deux soeurs, Marguerite et Rose Winkler. Puis ce fut la cadette des enfants Lumière France et son mari, un autre Winkler, Charles, qui furent les hôtes de l’Hôtel particulier. Cette demeure sur deux étages est sur le modèle du somptueux château édifié pour et par Antoine Lumière non loin de là .

Lire la suite »

Le Château de Kerbastic en Bretagne, à Guidel dans le Morbihan

Chateau de Kerbastic Guidel Morbihan Bretagne

Découvrir la lettre émouvante d’un jeune garçon à sa grand mère, d’autant plus que la lettre a 100 ans, nous rappelle l’importance des liens inter-générationnels. D’une simple missive, notre curiosité nous a amenés non sans mal et à notre grand étonnement au Château de Kerbastic en plein Morbihan.

Lire la suite »

Un samedi de janvier 1908, la Maison des Pins de l’Ecole des Roches ….

Les PINS, Maison à L’Ecole des Roches. Photo de 1933.

Cet article est dédié à la mémoire de Fouad HABIS, de nationalité Libanaise né en 1963 et hôte de la Maison des Pins de 1976 à 1981. Décédé en mai dernier, il souhaitait être enterré à l’Ecole des Roches. Un attachement à cette Maison en particulier qui s’apparente à celui de tout « Rocheux » pour sa ou ses Maisons. L’oubli est impossible …. La législation ne permettant pas cette inhumation dans l’Ecole, un arbre a été planté devant la Maison des Pins en sa mémoire par la fille du défunt venue spécialement du Liban, en présence du directeur de l’Ecole, des chefs de Maison et des capitaines de la Maison des Pins.

La Maison des Pins qui fut la première des nouvelles Maisons de L’Ecole des Roches à Verneuil sur Avre en Normandie dans l’Eure , fut construite en 1900. Un incendie ravagea entierement le 28 janvier 1903 cette première version qui fut reconstruite à l’identique pour la rentrée de 1903.

Depuis 1900 des générations entières de « Rocheux » se sont succédées, parmi lesquelles certains d’entre eux, ont été les hôtes de la Maison des Pins.

Lire la suite »

mai 2019
L M M J V S D
« Mar   Juin »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031