Emmanuelle Lemetais le trait d’union en couleur entre maison et histoire.

Commande privée réalisée par Emmanuelle Lemetais artiste peintre spécialisé architecture . Paris 15 eme

En physique, l’espace-temps est une représentation mathématique de l’espace et du temps comme deux notions inséparables et s’influençant l‘une l‘autre. Ce sont les deux éléments constitutifs de cet attachement que tout un chacun nous avons pour les lieux qui nous sont familiers ou qui nous ont été familiers. Il en va de nos maisons d’enfance, uniques ou multiples et celles qui suivront ….  . Quoi de plus liant que la maison qui nous a vu nous élancer pour enfin accéder au monde « de ceux qui marchent debout  » ?; celles qui nous ont accompagnés dans nos jeunes années ou qui nous accompagnent encore sans que nous en ayons pour l’instant conscience ?. Ce lien est universel et se déclare clairement à tout âge . Certains mesurent cet attachement presque immédiatement et d’autres bien plus tard, … mais il n’est jamais trop tard pour se rappeler …

C’est cette réalité partagée qui est à l’origine de la création de Domusbook mais en la matière nous ne sommes pas les seuls à participer à faire vivre ce lien si personnel à chacun d’entre nous.

De la couleur ….

Normande de naissance, Emmanuelle Lemétais , passionnée de dessin depuis sa tendre enfance en a fait son métier. Plus qu’un métier c’est une passion que seuls les vrais artistes sont capables de transformer en activité quotidienne…  voir celle d’une vie.

Les maisons de famille, d’enfance, de vacances… de nos vies actuelles ou passées font l’objet de toute l’attention d’Emmanuelle Lemetais à travers ses toiles. Après l’Ecole Boule, et après une décennie dans l’architecture intérieure au sein d’une agence, a dès 2002 choisi de se consacrer exclusivement à la peinture à l’huile.

Et pas n’importe quelle peinture … puisque son thème de prédilection est l’architecture au travers des façades d’immeuble, maisons individuelles, quartiers, ponts …. avec son style personnel, reconnaissable au travers des compositions  multicolores qui habillent et structurent ses oeuvres.

Et c’est ce qui plait aux particuliers, commerçants, artisans,  entreprises de toute la France qui passent commande au  peintre qui a installé son atelier dans le 15 eme arrondissement de Paris depuis de nombreuses années.

Travail commande huile sur toile Emmanuelle Lemetais . Atelier Paris 15 eme

La peinture d’Emmanuelle est tout sauf triste.  Le choix des couleurs variées, qui est souvent celui  de ses clients, participent à cette ambiance qui habite ses toiles .  Mais c’est aussi par son besoin de connaitre l’histoire des maisons qu’on lui demande de coucher sur la toile qu’Emmanuelle Lemetais arrive à retranscrire « l’âme d’une maison ». C’est ce lien étroit qu’elle construit avec la bâtisse qui lui permet à chaque fois de peindre une oeuvre unique qui prendra place dans une pièce à vivre pour la joie et la fierté de ses clients. En plus du plaisir personnel,  c’est le plaisir de partager l’histoire rattachée à « la bâtisse » « exposée » aux amis de passage.

 Ce sont les évènements de la vie qui déclenchent la commande d’un tableau au peintre parisien. Comme nous l’évoquions en préambule c’est cette conscience soudaine ou ancienne de cet espace temps  qui font passer les clients d’Emmanuelle de l’envie à la réalisation. Un déménagement, une succession avec partage, un lieu de vacances, ou de week end, sont souvent les facteurs déclencheurs, mais aussi la rue où un couple s’est rencontré…. Parmi les commandes originales exécutées par l’artiste peintre il y’a cet immeuble de famille peint en trois exemplaires différents et uniques  pour deux des enfants et une petite fille d’un grand père qui avait fait construire l’immeuble en d’autres temps. Chacun avait chez lui ainsi une évocation de cette adresse et de cette histoire familiale. 

Le souvenir d’un lieu… Commande spéciale Emmanuelle Lemetais. Atelier Paris 15 eme .

Emmanuelle Lemetais en plus des expositions et salons annuels auxquels elle participe, est exposée  en permanence dans les galeries Imagine à Bordeaux, Antares à Toulouse, Vent des Cimes à Grenoble.

Laisser un commentaire

 

Il était une fois …. Domusbook


Les, la, notre Maison.

Le terme DOMUS est très ancien. Il remonte à une étymologie indo-européenne (*dom-) qui désignait la famille sur deux générations, et tire son origine de la racine –dem-, construire.

La Domus est donc la maison familiale romaine, dont le chef de famille porte le nom de Dominus.

Le Domusbook est un programme d’organisation en réseau de nos maisons leur permettant de devenir communicantes au gré de nos envies. Ainsi la mémoire familiale sera préservée en son sein, complétée et mise à jour dès que chacun des membres du réseau Domusbook en aura l’envie, la nécessité impérieuse face au temps qui passe….. Comme l’écrit Guy Kemlin (Nais 1922-2016 – Vallon 1930-1937- X 39 – chevalier de la Légion d’honneur- croix de guerre 1939-1945 – médaille des évadés,) en préambule de ses « souvenirs de 1939-1945 »: A nos enfants, à leurs enfants et ainsi de suite…. »

Lire la suite »

L’Ecole des Roches de 1899-au début des années 1970

 

« L’Ecole des Roches cent ans d’histoire, images et paroles d’hier, d’aujourd’hui et de demain. » édition 2001



 

Cet ouvrage édité à un nombre d’exemplaires confidentiel donne un condensé de l’aventure des « Roches » pour ses créateurs , ses professeurs et ses élèves . Peu connue du grand public dans la réalité de son histoire et du caractère exceptionnel de son mode de fonctionnement, cet ouvrage édité en 2001 pour le centenaire de l’Ecole des Roches en 1999 en est le témoignage synthétique. L’existence de ce document historique est née de l’initiative du président des anciens élèves de l’époque, décédé cette année (2019) , Domique Remont, dont les maisons, la Guiche et les Sablons ont été les siennes durant les 10 ans passés à l’Ecole des Roches à Verneuil sur Avre dans le département de l’Eure en Normandie .

C’est ce même Dominique Remont qui a fait planté en juin 1999, lors de la fête annuelle de L’Ecole des Roches, un chêne face au bâtiment des classes, le « BAT » pour les actuels et anciens élèves, construit en 1961. Ce chêne de petite taille a échappé à la « fameuse » tempête du 25 décembre 1999 qui a fait tomber tous les pins centenaires plantés à la création de l’Ecole dans cette allée qui déservait la maison portant leur nom: La maison des Pins. Ce chêne en 2019, vingt ans après et au moment du décès de celui à l’initiative de sa mise en terre, a fière allure et devrait pouvoir  fêter le prochain centenaire de l’Ecole des Roches en 2099. C’est en tout cas sa mission pour faire le lien entre les anciens et les futurs élèves de l’Ecole des Roches. Comme l’avait voulu Dominique Remont. 

 

 

Pour consulter le livre du centenaire cliquez ici

 

 

 

Emmanuelle Lemetais le trait d’union en couleur entre maison et histoire.

Commande privée réalisée par Emmanuelle Lemetais artiste peintre spécialisé architecture . Paris 15 eme

En physique, l’espace-temps est une représentation mathématique de l’espace et du temps comme deux notions inséparables et s’influençant l‘une l‘autre. Ce sont les deux éléments constitutifs de cet attachement que tout un chacun nous avons pour les lieux qui nous sont familiers ou qui nous ont été familiers. Il en va de nos maisons d’enfance, uniques ou multiples et celles qui suivront ….  . Quoi de plus liant que la maison qui nous a vu nous élancer pour enfin accéder au monde « de ceux qui marchent debout  » ?; celles qui nous ont accompagnés dans nos jeunes années ou qui nous accompagnent encore sans que nous en ayons pour l’instant conscience ?. Ce lien est universel et se déclare clairement à tout âge . Certains mesurent cet attachement presque immédiatement et d’autres bien plus tard, … mais il n’est jamais trop tard pour se rappeler …

Lire la suite »

Les membres fondateurs de l’Ecole des Roches ( Verneuil sur Avre /Eure/Normandie)

Vue cavalière de l’Ecole des Roches

« Je crois devoir faire connaître les noms des premiers souscripteurs qui ont bien voulu se joindre à moi pour constituer la capital initial de la société et qui méritent le titre « de fondateurs de l’Ecole ». Ce sont : «Messieurs : Le Vicomte Eugène Vaillant de Glatigny, Alfred Firmin-Didot, Le Vicomte Ch. de Calan, Paul Lebaudy, Pierre Lebaudy, Jules Sigfried, Marc Maurel, Edouard H.Krafft, Olivier Benoist, Olivier Senn, Georges Pierre Raverat, Edmond Marey, P. Lebouteux » E. Demolins tiré de L’Education Nouvelle paru en Novembre 1898 Imprimé et édité  par Firmin Didot et Compagnie Paris 

Lire la suite »

Sacré Coeur de Gentilly lié à la Cité Universitaire Internationale de Paris


Sacré Coeur de Gentilly (92) édification en 1936 , séparé de la cité universitaire par le périphérique de paris construit en 1960.
vue du Bld périphérique extérieur de Paris

L’église du Sacré-Cœur de Gentilly est située en bordure du boulevard périphérique entre la porte d’Orléans et d’Italie, bien qu’il y’ait une sortie Gentilly. Son clocher avec ses anges aux ailes déployées interpellent quand l’on emprunte le boulevard périphérique sud de Paris. Son histoire est liée à la création de la Cité Universitaire de Paris qui voit le jour en 1920 et se concrétise avec la Fondation Emile et Louise Deutsch de la Meurthe qui finance les premières maisons pour accueillir les futurs étudiants en 1925.

Lire la suite »

Le 56 rue Jacob Paris 6 eme arrondissement: du 24 , en passant par l’Hôtel d’York, pour finir en 56…..

L’Hôtel d’York à partir de 1779, le 24 rue Jacob dès le 18 eme siècle et le 56 depuis.

Cet immeuble du 56 rue Jacob qui fut le siège de la société d’édition Firmin-Didot dès 1810 a été concomitamment le siège de la Science Sociale, revue crée en 1885 par Edmond Demolins avant de créer en 1899 à Verneuil sur Avre, sur la commune de Pullay en Normandie, l’Ecole des Roches . Le lien réel entre les deux éditeurs se matérialisant par cette domiciliation de l’un chez l’autre mais également dans la présence de Alfred Firmin-Didot dans le groupe de la petite dizaine de membres fondateurs de la société créatrice de l’Ecole des Roches. Son château dans l’Eure et la présence de l’imprimerie Firmin-Didot dans le département n’étant qu’un élément supplémentaire.

Puis devenu le 56 après avoir été le 24 mais aussi à partir de 1779 , l’Hôtel d’York. C’est à cette adresse que fut précisément signé le traité d’indépendance des Etats unis le 5 septembre 1783 entre Benjamin Franklin, John Jay, John Adams représentants de la fédérations et David Hartley, parlementaire anglais et représentant du Roi d’Angleterre Georges III. David Hartley résidait précisément dans cet Hôtel d’York pour mener à bien sa mission en ce mois de septembre 1783. Franklin Roosevelt refusant de signer sur le sol Anglais le traité dit « de Paris » que matérialisait juridiquement le 44 rue Jacob, adresse de l’ambassade d’Angleterre à cette époque, le rendez-vous historique de signature eut lieu au 56. Ce qui fait de cet immeuble, du 56 rue Jacob du 6 eme arrondissement de Paris, le point de départ de l’histoire de l’indépendance des Etats Unis d’Amérique. Pour en savoir plus sur l’historique de l’immeuble cliquez ici

Lire la suite »

août 2019
L M M J V S D
« Juin   Oct »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031